Les Oreilles loin du Front

Toutes nos émissions (ou presque) sont là. Ça fait pas mal de sons à se mettre ou à se remettre dans les oreilles de gauche.

  • 9 novembre 2011
    Emission patchwork

    Manif féministe
    Le 5 novembre dernier, a eu lieu à Paris une manifestation nationale contre les violences faites aux femmes. Nous y étions aussi.
    http://www.collectifdroitsdesfemmes.org/


    On a eu au téléphone Christian Zerbib le réalisateur du documentaire « Nos ancêtres les gauloises ». Pour la première fois de leur vie, dix femmes françaises venues d’ailleurs racontent en public leur histoire d’amour avec la France. Comment devenir française ? Comment faire de ses enfants des citoyens français ? On le découvre avec leur engagement dans l’aventure artistique provoquée par le film : une pièce de théâtre écrite à partir de leurs témoignages. Nos Gauloises d’adoption livrent ici avec humour et émotion leurs secrets de fabrication, les écueils et les joies sur le chemin.
    http://www.nosancetreslesgauloises.com/


    Les élections présidentielles auront lieu en République démocratique du Congo le 28 novembre 2011, Jean-Philippe Marquis collaborateur de la radio montréalaise CKUT était à Lubumbashi dans la province du Katanga pour prendre le pouls de la société civile face aux enjeux de ces élections.
    http://www.ckut.ca/




  • 2 novembre 2011
    Le corps des femmes

    Pour la troisième partie de notre série autour du corps des femmes, nous avons reçu Elisa Monteil, jeune réalisatrice de documentaire radiophoniques. C’était l’occasion de diffuser quatre de ses réalisations abordant la thématique du corps des femmes, sous l’angle de la réappropriation. Deux documentaires, une adaptation sonore d’un texte littéraire et une fiction, réalisés dans le cadre du Creadoc, formation documentaire de l’Université de Poitiers.


  • 26 octobre 2011
    Troussage de domestique

    On a diffusé une rencontre enregistrée le 23 septembre 2011 au café le Lieu Dit lors de la sortie du livre « Un troussage de domestique » coordonné par Christine Delphy et publié aux éditions Syllepse.

    Note de l’éditeur : L’objet de ce livre n’est nullement de discuter des faits de ce qu’on a appelé dès son début, le 14 mai, l’« affaire Strauss-Kahn ». Il est de rendre compte de l’effarement des féministes françaises devant les déclarations des hommes – et femmes – politiques à la nouvelle de l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn.

    Effarement et indignation : Dominique Strauss-Kahn vu comme une victime et, surtout, on ne voyait que lui, comme s’il ne s’agissait pas d’une agression, vraie ou fausse peu importe ici, mais en tous les cas qui impliquait au moins deux personnes.

    Ce livre consiste en une sélection de textes de féministes (journalistes, universitaires, chercheuses, étudiantes, de toutes générations) qui s’arrête, sauf exception, à la première semaine de juin. Ainsi, sauf pour l’article de Clémentine Autain et Audrey Pulvar qui clôt le livre, il n’y a pas de réaction à l’annonce de la fin des poursuites contre DSK fin juillet pas plus qu’aux propos sur sa « résurrection ».

    Beaucoup de femmes, mais aussi beaucoup d’hommes ont été choqués par la défense d’une soi-disant culture nationale pour justifier l’injustifiable. Mais les violences faites aux femmes sont sorties du tabou. La confrontation politique sur le viol et les violences est ouverte. A moins d’un an de la présidentielle.


  • 19 octobre 2011
    avec Sébastien Roux No money, no honey
    Economies intimes du tourisme sexuel en Thaïlande

    On a reçu le sociologue Sébastien Roux qui a soutenu en 2009 une thèse à l’EHESS intitulée Les économies de la prostitution. Sociologie critique du tourisme sexuel en Thaïlande. Post-doctorant à l’EHESS, membre de l’IRIS, il poursuit actuellement ses recherches sur les transformations morales contemporaines à partir d’une enquête sur la protection judiciaire de la jeunesse.
    Il est venu nous parler de son livre, paru aux éditions La Découverte, "No money, no honey. Economies intimes du tourisme sexuel en Thaïlande".

    Note de l’éditeur :
    À partir d’une enquête ethnographique conduite à Patpong, un quartier de Bangkok dédié au commerce international du sexe, cet ouvrage montre le quotidien des prostitué-e-s et les relations qui les unissent à leurs clients. Contre une lecture réductrice des échanges prostitutionnels, la sociologie permet d’interroger la diversité des « économies intimes » qui traversent les relations, de penser la complexité des rapports de pouvoir qui unissent - le temps d’une « passe » ou d’un amour - des individus que tout semble opposer.
    Mais comprendre ces relations impose également d’en saisir la gestion politique et normative. Le travail de terrain est ainsi complété par la généalogie de la catégorie « tourisme sexuel » qui interroge les formes contemporaines d’engagement politique et de mobilisation transnationale. Et si la lutte contre le tourisme sexuel est aujourd’hui une cause consensuelle, l’histoire rappelle que la construction sociale des problèmes sociaux est le produit d’investissements souvent contradictoires, parfois problématiques, qui - assis sur l’évidence de leur objectivité supposée - font plus que dénoncer : ils transforment aussi le monde.

    En articulant ethnographie et histoire, en interrogeant les relations prostitutionnelles et les jugements qu’elles suscitent, ce livre explore des unions aux frontières de l’acceptable. Et le tourisme sexuel apparaît alors comme un objet privilégié pour penser la mondialisation des questions sexuelles et saisir, à travers lui, les transformations contemporaines du politique.


  • 12 octobre 2011
    Avec Juliette Volcler - Le son comme arme

    Notre camarade Juliette Volcler, qui produit l’émission L’Intempestive, née sur Fréquence Paris Plurielle et poursuivie sur Radio Galère, à Marseille, et qui contribue aux journaux indépendants CQFD et Article XI, est venue nous présenter son livre : "Le son comme arme. Les usages policiers et militaires du son", sorti aux éditions La Découverte.
    Note de l’éditeur :

    « Lalafalloujah », tel est le surnom donné par les GI’s à la ville irakienne de Falloujah en 2004, alors qu’ils bombardaient ses rues de hard rock à plein volume. « C’était comme envoyer un fumigène », dira un porte-parole de l’armée états-unienne. Les années 2000 ont en effet vu se développer un usage répressif du son, symptomatique de la porosité entre l’industrie militaire et celle du divertissement, sur les champs de bataille et bien au-delà. Rap, metal et même chansons pour enfants deviennent des instruments de torture contre des terroristes présumés. Des alarmes directionnelles servent de technologies « non létales » de contrôle des foules dans la bande de Gaza comme lors des contre-sommets du G20, à Toronto et à Pittsburgh. Des répulsifs sonores éloignent des centres-villes et des zones marchandes les indésirables, adolescents ou clochards.
    L’enrôlement du son dans la guerre et le maintien de l’ordre s’appuie sur plus d’un demi-siècle de recherches militaires et scientifiques. La généalogie des armes acoustiques, proposée ici pour la première fois en français, est tout autant celle des échecs, des fantasmes et des projets avortés, que celle des dispositifs bien réels qui en ont émergé. Aujourd’hui, l’espace sonore est sommé de se plier à la raison sécuritaire et commerciale. Souvent relégué au second plan au cours du XXe siècle, celui de l’image, il est devenu l’un des terrains d’expérimentation privilégiés de nouvelles formes de domination et d’exclusion. Et appelle donc de nouvelles résistances.


  • 5 octobre 2011
    Avec Hélène Soulié - théatre CAIRN

    On a eu au téléphone Hélène Soulié, qui a mis en scène la pièce. CAIRN, présentée au Théâtre Berthelot à Montreuil du 8 au 15 octobre.
    Assemblée théâtrale. Une pièce d’Enzo Cormann par le Collectif EXIT
    Mise en scène : Hélène Soulié
    Collaboration artistique : Maïa Fastinger

    CAIRN “c’est l’histoire d’un homme qui voulait changer le monde”, l’histoire d’un héros tragique, anti-héros contemporain, témoin d’une contre-Histoire.
    Pas celle des vainqueurs, des victorieux, des dirigeants, mais celle de tous ceux qui par leurs actes proposent de nouveaux “possibles”... et se heurtent à leur propre impuissance.

    Assemblée théâtrale.
    Mise en examen de l’homme, et de la société dans laquelle nous vivons. Zoom sur une nouvelle donne du monde du travail.
    Utopie de faire bouger les lignes de ce monde qui semble oublier l’humain.

    Le Collectif EXIT est né de la rencontre d’artistes engagés (metteure en scène, plasticiens, comédiens, musiciens, scénographes…) autour de projets théâtraux d’abord, et de la volonté ensuite d’étendre leurs champs de questionnements à d’autres langages artistiques, puis à d’autres acteurs de la vie sociale et culturelle, afin de se jouer des champs possibles de l’art aujourd’hui par un système d’échanges à figure multiple (arts visuels, art théâtral, conférences, expositions, performances...).
    Pour nous, un Collectif n’est pas chose figée ou définitive, mais est vivant, ouvert, et “mouvementeur”, pour reprendre l’expression de Dubuffet.
    http://collectif-exit.over-blog.com


  • 5 octobre 2011
    Emission Festival FPP avec Julian Mischi - L’école des ouvriers

    L’émission en public concoctée par Les Oreilles Loin du Front à l’occasion du Festival "FPP part en Live", qui s’est déroulé à la Ligne 13 à Saint-Denis les 30 septembre et 1er octobre 2011. On avait invité le sociologue Julian Mischi pour nous présenter le livre de Paul Willis "L’école des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers" dont il signe, avec Sylvain Laurens, la préface, la postface et l’entretien avec l’auteur. Ce livre inaugure d’ailleurs une nouvelle collection chez Agone, "L’ordre des choses", collection justement dirigée par Julian Mischi et Sylvain Laurens.
    Traitant de reproduction sociale, ce livre est un classique de la sociologie mais il vient seulement d’être traduit en français.

    Paul Willis
    L’École des ouvriers
    Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers
    Traduction de l’anglais par Bernard Hœpffner
    Préface, postface et entretien avec l’auteur par Sylvain Laurens & Julian Mischi
    http://atheles.org/agone/lordredeschoses/lecoledesouvriers/index.html


  • 28 septembre 2011
    Avec Cédric Durand - enjeux économiques (attérrés) et politiques de la crise

    Crise, dette, austérité, etc. Vous n’y comprenez rien ? Pas de panique, on a invité Cédric Durand, économiste, enseignant à Paris 13, et aussi "économiste atterré". Il nous a tout expliqué des enjeux économiques et politiques de la crise.

    Pour en savoir plus, le site des Économistes Atterrés : http://atterres.org/


  • 21 septembre 2011
    la marche des indigné-e-s

    On est allé glaner des témoignages à l’arrivée de la marche des indigné-e-s (le 17 septembre 2011) qui fait route sur Bruxelles. On avait aussi en plateau un militant parisien impliqué dans ce mouvement.
    Pour plus d’infos :
    http://paris.reelledemocratie.fr
    http://www.marche-paris.fr
    http://www.scoop.it/t/the-marches-to-brussels


  • 14 septembre 2011
    Avec Joan Cortinas

    On a reçu Joan Cortinas, sociologue, qui a soutenu une thèse intitulée "Le Revenu Minimum d’Insertion et la lutte contre la pauvreté en Catalogne.
    Sociologie d’une réforme des modèles de protection sociale". On est donc revenu avec lui sur l’apparition sur la scène politique et sociale espagnole du problème de la pauvreté, sur l’histoire de la mise en place des politiques sociales en Espagne. Et on a, bien sûr, évoqué la situation sociale actuelle dans ce pays.


  • 7 septembre 2011
    Servir la classe ouvrière avec Julian Mischi

    On a rediffusé l’entretien avec Julian Mischi, sur le PC et les classes populaires (émission du 11 mars 2011). Julian Mischi est sociologue, il a publié "Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF", paru en 2010 aux Presse Universitaires de Rennes.
    Ecouter l’emission

  • 11 juillet 2011
    Fin de saison

    Une émission patchwork pour clore la saison 2010-2011 des Oreilles Loin Du Front, avec un retour sur quelques évènements et luttes de l’année écoulée : la lutte de l’automne 2010 contre la réforme des retraites, la révolution tunisienne, la dénonciation de l’ambiance raciste et anti-roms depuis l’été dernier.

    Et on aussi eu au téléphone Fabien Perrier, journaliste à l’Humanité, de retour de Grèce, pour revenir sur l’actualité des luttes et les enjeux politiques et économiques de la dette.
    On avait déjà reçu Fabien Perrier à ce sujet, le 19 mai 2010 : http://www.loldf.org/spip.php?article130


  • 29 juin 2011
    L’Atlantide, une histoire du communisme

    Marcel Trillat et Maurice Failevic sont venu nous parler du documentaire qu’ils ont co-réalisé : L’Atlantide, une histoire du communisme.
    Synopsis : "Ils étaient courageux, sectaires, dévoués, généreux, naïfs, d’une bonne foi inébranlable, d’une mauvaise foi désarmante. C’était les communistes, les cocos, les communards, les bolchos, les rouges. Adorés ou haïs, ils étaient incontournables. Pourtant, ils ont été en 20 ans à peine, balayés par le vent de l’histoire.
    Ce gigantesque fiasco, ce désastre dont les communistes et surtout leurs dirigeants sont en partie responsables, hantera longtemps encore la société française. Le moment est sans doute venu de faire le bilan de cette aventure humaine qui traverse le 20e siècle."

    Un film produit par Arturo Mio & Rouge Productions (les contacter pour se procurer le DVD) :
    http://www.arturomio.com/3/television/318/atlantide/
    Quelques articles sur le film :
    http://humanite.fr/31_03_2011-la-lettre-d%E2%80%99%C3%A9lise-france-2-diffuse-l%E2%80%99atlantide-une-histoire-du-communisme-469088

    http://television.telerama.fr/tele/documentaire/l-atlantide-une-histoire-du-communisme,5889140,episode1.php


  • 22 juin 2011
    Chibani-a-s Controlé-e-s

    Un reportage à Toulouse, lors du Forum Chibani-a-s Controlé-e-s qui
    s’est tenu en parallèle avec le festival Origines Contrôlées, en
    novembre 2010, avec les militants toulousains du collectif Justice et
    Dignité pour les Chibani-a-s.
    L’occasion d’expliquer et de dénoncer les discriminations dont sont
    victimes les personnes immigrées âgées.

    Extrait du communiqué du collectif toulousain le 19 juin 2011 :
    " Depuis plusieurs mois maintenant, la CARSAT (Caisse d’Assurance
    Retraite et de Santé au Travail) la MSA (Mutualité Sociale Agricole) la
    CAF, et la CPAM effectuent des contrôles massifs, en particulier dans
    les foyers ADOMA (ex-SONACOTRA) un peu partout en France. Des centaines de contrôles ont ainsi eu lieu en France en direction des habitants des foyers de travailleurs migrants. Pour l’administration, il s’agit de vérifier combien de temps par an les personnes passent sur le territoire français. Si les Chibanis (Vieux immigrés) ont eu le malheur de passer un peu trop de temps auprès de leur famille restée au pays, le couperet tombe et c’est la quasi-totalité de la retraite, les aides au logement, voire la couverture sociale qui sont supprimées. Pire, à partir de ces contrôles, la CARSAT et la MSA ont opéré des redressements allant de 1000€ jusqu’à 22 000€ pour certaines personnes. Ces contrôles ont été jugés illégaux par la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations (HALDE).
    Depuis plusieurs mois, les Chibanis et des militants associatifs se
    battent dans le cadre du collectif « Justice et Dignité pour les
    Chibani-a-s » pour que cesse ce harcèlement, et pour que les dettes et les poursuites contre les Chibanis soient annulées. Malgré les
    interventions du collectif, les courriers et les manifestations,
    l’administration affiche le plus grand mépris et laisse les Chibanis
    dans le dénuement le plus total.
    Pire la seule réponse que fait le directeur de la CARSAT aux
    associations et aux Chibanis qui composent le collectif, c’est
    d’intenter un procès au motif futile d’une atteinte à son droit à
    l’image, parce qu’il apparaît brièvement sur les sites Chibanis.org et
    tvbruits.org, lors de l’occupation symbolique de la CARSAT, le 15 mars
    2010 à Toulouse
    ."
    L’audience a eu lieu le 21 juin dernier et le verdict est attendu pour
    le 5 juillet 2011.

    Pour plus d’informations :

    - Le site de la campagne nationale Justice et Dignité pour les Chibani-a-s
     : http://www.chibanis.org/
    - A Paris, l’Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF),
    membre du collectif national :
    http://www.atmf.org/spip.php?article1441
    - A Toulouse, TV Bruits qui a réalisé plusieurs vidéos sur le sujet dont
    celle incriminée par le directeur de la CARSAT de Toulouse :
    http://tvbruits.org/spip.php?article1712
    - Et toujours à Toulouse, le site du Tactikollectif :
    http://www.tactikollectif.org/


  • 15 juin 2011
    l’engagement des migrants en France

    On a diffusé des extraits d’un débat qui a eu lieu le 4 juin 2011 au
    foyer Lorraine (19e) : "Politique, syndicats, associations :
    l’engagement des migrants en France". Un débat organisé dans le cadre du 3e festival de cinéma des foyers de travailleurs migrants, festival
    organisé par l’association Attention Chantier, pour ouvrir les foyers et
    casser les préjugés :
    "Grâce à la programmation de films, d’expositions et de débats, cet
    événement culturel et militant nous permet d’améliorer le vivre-ensemble
    dans la ville et de développer des liens entre les habitants d’un même
    quartier.
    Après une édition 2010 marquée par le bilan des indépendances
    africaines, le festival 2011 se propose d’explorer les formes de
    l’engagement politique des migrants. Ici, là-bas, quels rôles les
    migrants jouent-ils dans les transformations sociales ?"
    http://www.attentionchantier.org/


  • 8 juin 2011
    Festival Origines Controlées / Mouvement des indignés 2e partie

    N’hésite pas cher auditeur, chère auditrice à fouiller dans le beau et
    très riche site du Tactikollectif http://www.tactikollectif.org/, tu y
    trouveras toutes sortes de sons, vidéos, textes en lien avec le festival
    Origines Contrôlées et avec toutes les activités des collègues du
    Tactikollectif.

    Retrouvez la première partie dans notre émission du 1er juin 2011.

    • MOUVEMENT DES INDIGNES

      On a eu une nouvelle fois au téléphone Joan Cortinas. Il participe au mouvement des indignés sur la Plaça Catalunya de Barcelone.Il a fait le point sur le mouvement et l’avancée des revendications et des formes de lutte envisagées.Si vous avez manqué le début, évoutez le premier coup de fil avec Joan dans l’émission du 1er juin 2011.
      Pour en savoir plus :
      à Barcelone : http://acampadabcn.wordpress.com/_
      à Madrid :http://madrid.tomalaplaza.net/_
      à Paris et en France :http://reelledemocratie.fr/



  • 1er juin 2011
    Festival Origines Controlées / Mouvement des indignés
    • LE ROLE DES ARTISTES : PRENDRE LA PAROLE OU LA PORTER

      Des extraits de la rencontre-débat intitulée "Le rôle des artistes : prendre la parole ou la porter" enregistrée le 26 novembre 2010, lors du dernier festival Origines Contrôlées à Toulouse.
      Dans cette première partie, les intervenants, Rocé, Said (MAP et ZEP), Madj (ex-Assassin Productions) et Mustapha Amokrane (Mouss et Hakim, Zebda) se présentent et se positionnent par rapport au thème de la rencontre. Une rencontre animée par Tayeb Cherfi du Tactikollectif.
      On y entend également un premier extrait de l’échange avec le public.
      http://www.tactikollectif.org/#/article_430
      N’hésite pas cher auditeur, chère auditrice à fouiller dans le beau et très riche site du Tactikollectif, tu y trouveras toutes sortes de sons, vidéos, textes en lien avec le festival Origines Contrôlées et avec toutes les activités des collègues du Tactikollectif.

    • MOUVEMENT DES INDIGNES

      On a eu au téléphone Joan Cortinas de retour de Barcelone. Il participe au mouvement des indignés sur la Plaça Catalunya de Barcelone.
      Il nous a notamment expliqué les revendications portées par ce mouvement, rappelé les circonstances de son déclanchement.
      Pour en savoir plus :
      à Barcelone
      http://acampadabcn.wordpress.com/
      à Madrid
      http://madrid.tomalaplaza.net/



  • 18 mai 2011
    L’Amour au ban / Anti G8

    L’AMOUR AU BAN.
    Aude est allée voir la pièce L’Amour au ban, comédie au service de la cause des couples mixtes, écrite par Massamba Diadhiou et mise en scène par Robert Marcy, et à laquelle nous conviait l’Association Les Amoureux au ban public.

    "Molière fait-il rire par des sujets comiques ? L’avarice, la jalousie, l’hypocrisie … De ces détestables réalités, grâce à lui, le public s’amuse.

    Toutes choses égales, l’auteur de « L’amour au ban » nous fait rire de ces situations graves et parfois dramatiques qui se multiplient en France où l’Etat, obsédé par les mariages blancs, ne néglige rien pour s’en prémunir.

    Tous les couples mixtes sont a priori soupçonnés de cette fraude, et traqués tels des délinquants. C’est ainsi que tout étranger(e) marié(e) à un(e) français(e) – ou qui en fait le projet - est systématiquement suspecté(e). Ici pas de présomption d‘innocence. Aucun de ces couples n’échappe à des poursuites - masquées sous forme d’un monceau de contrôles, de démarches, de formalités parmi les plus mesquines, d’enquêtes, d’interrogatoires, et pire : d’incursions dans la vie privée, parfois à domicile – bref d’investigations tout à fait invraisemblables.

    « /L’amour au ban / » est une pièce en cinq actes. A vrai dire, cinq tableaux aux allures surréalistes, et qui ne sont pourtant que les images fidèles de ces authentiques scènes quotidiennement menées par des fonctionnaires zélés. Une illustration réjouissante de la mise au ban institutionnalisée des couples mixtes. Que la représentation de ce divertissement inspire au public les réflexions les plus sérieuses, c’est à quoi tendent toutes les vraies comédies."

    http://amoureuxauban.net/


    ANTI G8
    On a eu au téléphone Aurélie Trouvé, co-présidente d’ATTAC, pour nous parler de la préparation et des enjeux des mobilisations anti-G8.



  • 11 mai 2011
    On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers : une aventure inédite

    On a reçu Pierre Barron, Anne Bory, Lucie Tourette et Nicolas Jounin, sociologues auteurs, avec Sébastien Chauvin, de : "On bosse ici, on reste ici ! La grève des sans-papiers : une aventure inédite" (La découverte).
    Note de l’éditeur :
    "Le 15 avril 2008, trois cents travailleurs sans papiers se mettent en grève et occupent leurs entreprises, en région parisienne. Ils seront bientôt des milliers. Ce mouvement est inédit : il lie un mode d’action traditionnel du mouvement ouvrier, une grève avec occupation des lieux de travail, à la revendication centrale de la lutte des sans-papiers, la régularisation. S’ouvrent alors deux années de lutte, tantôt souterraine, tantôt médiatisée, dont ce livre retrace l’histoire de façon très vivante.
    Ces grèves révèlent que des pans entiers de l’économie (construction, nettoyage, restauration, confection, aide à la personne...), des petites aux grandes entreprises, du traiteur du coin aux familiers du pouvoir, de l’intérim aux ministères, reposent sur le recours à une main-d’œuvre qui, privée de titre de séjour, devient la proie et l’instrument du dumping social. En contestant cette situation, des milliers de grévistes sans papiers ont pointé les contradictions de la politique de l’« immigration choisie » promue par Nicolas Sarkozy.
    Fruit d’une enquête collective, réalisé à partir d’observations directes (sur des piquets de grève, lors de manifestations, réunions, assemblées générales de grévistes...), de la collecte d’archives (tracts, dossiers de grévistes, protocoles de fin de conflit, circulaires ou notes des ministères), mais aussi d’une centaine d’entretiens avec des grévistes, des syndicalistes ou associatifs soutenant ou encadrant le mouvement, des employeurs, des agents de l’État à un niveau local et national, ce livre raconte au plus près les péripéties de ce mouvement, et en analyse les enjeux économiques, syndicaux et politiques."
    http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-On_bosse_ici__on_reste_ici__-9782707167873.html


  • 4 mai 2011
    La Flottille. Solidarité internationale et piraterie d’Etat au large de Gaza

    Nous avons reçu Thomas Sommer-Houdeville qui a publié "La Flotille.
    Solidarité internationale et piraterie d’Etat au large de Gaza", aux
    éditions Zones.
    Note de l’éditeur : "Au printemps 2010, depuis les ports de Grèce, de
    Chypre et de Turquie, plusieurs embarcations s’élancent vers Gaza,
    chargées d’aide humanitaire. C’est la « Flottille de la liberté ».
    Quelques jours plus tard, on dénombre neuf morts, abattus par les
    commandos de l’armée israélienne. Les images de l’assaut font la une des journaux. Que s’est-il passé ? Qui sont ces militants Pro-Palestiniens ? Quelles étaient leurs motivations ? Dans ce livre-témoignage, Thomas Sommer-Houdeville, l’un des organisateurs, revient sur les événements tels qu’ils furent vécus par les membres de cette campagne de solidarité internationale d’un nouveau genre. Il fait le récit d’une aventure humaine où les petites histoires croisent sans cesse la grande.
    Depuis les premières réunions de préparation jusqu’à l’assaut meurtrier, on y voit se tisser les liens d’une coalition improbable, animée par des personnages hauts en couleurs : une ancienne prix Nobel de la paix irlandaise, des militants islamiques turcs, des altermondialistes américains, un écrivain suédois… Au-delà de leurs particularités, un combat les regroupe : la solidarité avec le peuple palestinien, devenu le symbole contemporain de la lutte contre l’oppression.
    En filigrane du témoignage, ce livre esquisse une réflexion sur ce que
    peut être l’engagement internationaliste aujourd’hui. Alors que semble s’imposer partout l’idéologie du « choc des civilisations », comment peut-on rebâtir concrètement les liens fragiles d’une solidarité internationale ?"**
    http://www.editions-zones.fr/spip.php?article127


  • 27 avril 2011
    De la situation des femmes en Arabie Saoudite avec Amélie Le Renard

    On a reçu la chercheuse Amélie Le Renard pour nous parler de son livre « Femmes et espaces publics en Arabie Saoudite » publié aux Éditions Dalloz.
    Présentation par l’éditeur : « Le travail d’Amélie Le Renard est d’abord une enquête minutieuse sur une société très peu étudiée. [...] Son objet était l’étude des styles de vie adoptés par les jeunes Saoudiennes urbaines. [...] À Riyad, la capitale, caractérisée par une
    ségrégation poussée entre hommes et femmes, elle décrit l’évolution de ces jeunes Saoudiennes dans quatre types d’espaces urbains : le campus universitaire, les lieux de travail, les espaces religieux et les
    cathédrales du consumérisme que sont désormais les centres commerciaux (shopping mails). Elle observe avec attention la manière dont les jeunes Saoudiennes négocient une mobilité en principe bien contrainte, se projettent dans une activité professionnelle et transgressent des "lignes rouges" plus ou moins clairement définies par les autorités morales patentées. [...]

    Elle montre comment les jeunes Saoudiennes élargissent, à travers leurs pratiques, le champ des possibles, sans pour autant en conclure à une mobilisation émancipatrice. Elle met en lumière les ambivalences du processus d’invention de nouveaux styles de vie, de transgression des féminités hégémoniques et d’adhésion plus ou moins distanciée de ses enquêtées à l’idéologie de la consommation et du "développement personnel". [...]
    Ce travail nous aide à mieux comprendre les transformations socio-politiques actuellement à l’œuvre dans une Arabie qui ressemble de
    moins en moins à l’image tout en clichés que veulent en donner ses
    dirigeants autant que leurs critiques. »


  • 24 avril 2011
    Les migrations Trans-sahariennes avec Julien Brachet

    On a reçu le géographe Julien Brachet pour nous parler de son livre « Migrations transsahariennes - Vers un désert cosmopolite et morcelé (Niger) » publié aux éditions du Croquant.
    Présentation de l’éditeur : « Depuis le début des années 2000, les flux migratoires qui traversent le Sahara central focalisent l’attention des médias et des pouvoirs publics, tant en Afrique qu’en Europe.
    En dépit des obstacles qui entravent la circulation dans cette région, reflets des dysfonctionnements de l’état nigérien et du durcissement des politiques migratoires des Etats maghrébins, des migrants originaires de toute une partie du continent se rendent via le Niger en Afrique du Nord, d’où la plupart reviennent après quelques mois ou quelques années. Ces migrations entre les deux rives du Sahara constituent le principal facteur de dynamisme et de transformation de la région d’Agaciez, dans le nord du Niger, et tendent plus largement à redéfinir une nouvelle géographie saharienne en mettant en contact des lieux et des acteurs de façon inédite.
    Dans un contexte global de crispation identitaire et de durcissement des politiques migratoires, l’analyse des effets et des enjeux du contrôle croissant de ces circulations dans les espaces de transit soulève en définitive la question du droit à la mobilité, tant au niveau local qu’à l’échelle internationale. »


  • 20 avril 2011
    L’intervention en Libye

    Une interview de l’économiste canadien Michel Chossudovski, du Centre de recherche sur la mondialisation, à propos de l’intervention militaire en Libye, interview diffusée le 4 avril 2011 dans l’émission "En profondeur" sur les ondes de la radio CKUT à Montréal, http://www.ckut.ca/.


  • 23 mars 2011
    Congrès du FN - extreme droite en france

    Après les élections cantonales et les scores du FN on en parle et reparle dans nos oreilles.


  • 11 mars 2011
    avec le sociologue Julian Mischi Servir la classe ouvrière
    Sociabilités militantes au PCF

    Julian Mischi est sociologue, il a récemment publié Servir la classe
    ouvrière. Sociabilités militantes au PCF
    , paru en 2010 aux Presse
    Universitaires de Rennes.


  • 9 mars 2011
    "Opération banlieues" avec Hacène Belmessous

    Entre 1977 et 2003, la politique de la ville visait à « réinjecter du
    droit commun » dans les quartiers d’habitat social. Mais depuis,
    derrière les grands discours, une autre politique se déploie
    discrètement : la préparation d’une guerre totale aux cités,
    transformées en véritables ghettos ethniques, chaudrons sociaux dont le « traitement » ne relèverait plus que de l’éradication ou de la force armée. Voilà ce que démontre cette enquête implacable d’Hacène Belmessous, nourrie de documents confidentiels, de témoignages d’acteurs de la « sécurité urbaine » ? politiques, urbanistes, policiers, gendarmes et militaires ? et de visites des lieux où militaires et gendarmes se préparent à la contre-guérilla urbaine.
    Il explique ainsi qu’un objectif caché des opérations de rénovation
    urbaine est de faciliter les interventions policières, voire militaires,
    à venir dans ces territoires. Et il montre comment, à la suite des
    émeutes de 2005, deux nouveaux intervenants ont été enrôlés par le
    pouvoir sarkozyste : la gendarmerie mobile et l’armée de terre. Car avec l’adoption en 2008 du /Livre blanc sur la défense et la sécurité
    nationale/, l’idée d’un engagement des forces terrestres en banlieue
    n’est plus un tabou. Mais s’ils se disent loyaux envers le chef de
    l’État, nombre d’officiers interrogés récusent ce « scénario de
    l’inacceptable ». Quant aux gendarmes, ils contestent ouvertement leur rapprochement avec la police, tandis que nombre de policiers,
    aujourd’hui en première ligne, récusent la militarisation croissante de
    leur action.
    Autant de révélations inquiétantes, pointant les graves dérives d’une
    politique d’État ayant fait sienne un nouvel adage : « Si tu veux la
    guerre, prépare la guerre ! »


  • 2 mars 2011
    Sarkozy le président des riches

    On a reçu les sociologues Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon pour nous présenter leur livre "Le président des riches. Enquête sur
    l’oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy", paru aux éditions Zones.
    La présentation de l’éditeur : "Petits chèques entre amis, dîners
    mondains, légions d’honneur et comptes en Suisse … L’affaire Bettencourt a jeté une lumière crue sur les connivences souterraines qui unissent pouvoir politique et puissances de l’argent. Dans ce livre-enquête, les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, spécialistes de la bourgeoisie française, donnent à voir, au-delà des scandales, la logique d’un système.
    Pour faire vivre un monde où l’entre-soi permet l’affirmation des
    réseaux, ils rapportent des histoires révélatrices, glanées dans les
    coulisses du règne de Nicolas Ier . En brossant la chronique des
    premières mesures prises, ils dévoilent les ressorts d’une politique
    systématique en faveur des nantis : bouclier fiscal, abattements et
    exonérations en tout genre, dépénalisation du droit des affaires ne sont que les éléments visibles d’une guerre des classes au service de
    l’aristocratie de l’argent. Aux discours du Sarkozy qui prétendait
    vouloir refonder le capitalisme s’oppose la réalité des actes : paradis
    fiscaux, fonds spéculatifs, bonus des traders, /stock-options/ et
    cadeaux aux banques se portent bien et ont permis au capital financier de retrouver de sa superbe.
    Derrière la façade d’un pouvoir démocratique se dessine ainsi le tableau inquiétant d’un tout autre régime : une oligarchie, un gouvernement des riches pour les riches."**
    Le livre est consultable en intégralité sur le site des éditions Zones
     :http://www.editions-zones.fr/spip.php?article116


  • 23 février 2011
    Égypte : une révolution en cours ?

    On a discuté avec la chercheuse Sophie Pommier de la situation en Égypte après le départ de Hosni Moubarak. Sophie Pommier est l’auteure d’Égypte, l’envers du décor, publié aux éditions La Découverte.
    http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-_gypte__l_envers_du_decor-9782707145680.html


  • 23 février 2011
    Retour sur le Forum Social Mondial de Dakar

    En compagnie de Céline, notre envoyée spéciale, Manu, journaliste à Alternatives Économiques, Gildas de l’AITEC-IPAM et Clémence de la Cimade nous sommes revenus sur le Forum Social Mondial de Dakar et sur les enjeux des luttes à venir pour les altermondialistes. Forums sociaux, Charte Mondial des migrants, G20, G8, vous pouvez en savoir plus en allant ici :

    http://www.dakar2011.org/

    http://aitec.reseau-ipam.org/

    http://www.cimade..org/

    http://www.crid..asso.fr


  • 16 février 2011
    Avec le documentariste Jean-Pierre Thorn

    On a reçu le documentariste Jean-Pierre Thorn, pour nous parler de son parcours et de ses films, de lutte des classes et de création
    artistique, du monde ouvrier, du hip-hop et du féminisme.

    Son dernier film, sorti fin janvier 2011 :
    93 la belle rebelle Un film de Jean-Pierre Thorn avec Daniel Baudon ("Sixties Memory), Marc Perrone, Loran ("Bérurier Noir" et "Les Ramoneurs de Menhirs"), Dee Nasty, NTM, Casey, B-James, Serge Teyssot-Gay et "Zone Libre", "93 Slam Caravane", Abdel Haq, Bams, Grand Corps Malade, Yo et D’ de Kabal. Une épopée - du rock au slam en passant par le punk et le hip hop - incarnant un demi- siècle de résistance musicale en Seine-Saint-Denis et se faisant porte-voix d’une jeunesse et de territoires en perte d’identité, sous les coups des mutations industrielles, des désillusions politiques et de l’agression constante des pouvoirs successifs. La banlieue - à contrario des clichés – se révèle un espace incroyablement riche de métissages engendrant une créativité époustouflante.
    Une biographie de Jean-Pierre Thorn :
    http://www.africultures.com/php/index.php?nav=personne&no=8222
    <http://www.africultures.com/php/ind...>


  • 9 février 2011
    Michel Warschawski

    Aude est allé enregistrer la rencontre avec Michel Warschawski qui s’est tenue le 13 janvier 2011 à la Librairie L’Atelier (Paris 20e), à
    l’occasion de la sortie de son livre "Au pied du mur" (Ed. Syllepse).
    "Pendant deux ans, Michel Warschawski, journaliste et militant pacifiste israélien, a livré à l’hebdomadaire Siné Hebdo une chronique des événements courants du conflit israélo-palestinien et de la colonisation des territoires palestiniens voulue par l’État d’Israël. Ces billets d’actualité décrivent par le menu les réalités, politiques, sociales et culturelles de cette région du globe. Opposant farouche à la politique coloniale de son pays, l’auteur ne parle pas du «  processus de paix  », qu’il craint n’être que virtuel. Il évoque au contraire d’autres processus qui compromettent une «  paix juste et durable  », à savoir la colonisation, le Mur de la honte, l’apartheid, la fuite en avant et la fascisation de l’État d’Israël. Comme l’écrivent dans leur avant-propos André Rosevègue et Michèle Sibony, de l’Union juive française pour la paix, Michel Warschawski «  nous fait entrer dans les arcanes d’un État qui appartient à son armée plutôt que l’inverse  ».
    Michel Warschawski est président du Centre d’information alternative de Jérusalem. Il a publié Sur la frontière (Stock, 2002), À tombeau ouvert. La crise de la société israélienne (La Fabrique, 2003), Programmer le désastre. La politique israélienne à l’œuvre (La Fabrique, 2008), Destins croisés.
    Israéliens-Palestiniens, l’histoire en partage (Riveneuve, 2009). "
    Le site du Centre d’information alternative (en anglais) :
    http://www.alternativenews.org/english/


  • 2 février 2011
    redif - Gafsa 2008

    On a choisi de vous rediffuser une partie d’une émission spéciale qu’on avait préparé avec Wassim en juillet 2008 et qui traitait des luttes dans le bassin minier de Gafsa (Tunisie) à ce moment-là. Une lutte longue et difficile mais qui résonne aujourd’hui comme un des signes avant-coureur de la révolution actuelle en Tunisie.
    Pour en savoir plus :


  • 26 janvier 2011
    Situation politique en Russie

    On a reçu Julia Guseva du centre d’éducation et de recherche Praxis* à Moscou pour nous parler de la situation politique en Russie, de l’état
    de luttes sociales et antifascistes. Et notamment de la bataille de
    Khimki**.
    *Le centre d’éducation et de recherche Praxis est une organisation non gouvernementale créée par un groupe de savants et de militants des mouvements sociaux et civils en 1998 qui s’organise autour de la
    bibliothèque publique Victor Serge.
    http://www.praxiscenter.ru/about_us/francais
    ** Extrait du site : http://khimkibattle.org
    <http://khimkibattle.org/> * : **"En 2007*, les habitants de Khimki, une ville de banlieue moscovite, prennent connaissance d’un projet de
    construction d’une autoroute à travers la forêt entourant la ville. Ils
    créent un mouvement pour défendre la forêt et donner une chance à des projets alternatifs, plus écologiques et économiques. L’administration locale néglige invariablement les expertises écologiques, les débats publics et les manifestations citoyennes. Les habitants et les journalistes qui couvrent ce problème sont régulièrement menacés et agressés. En voici quelques cas les plus frappants parmi dizaines d’autres. Un attentat violent contre un journaliste local Mikhaïl Beketov férocement mutilé et abandonné dans la rue (2008), d’échapper à la mort par miracle. Il a dû subir plusieurs interventions chirurgicales et amputations restant gravement handicapé. L’assassinat d’un collaborateur d’un journal local Sergueï Protazanov mutilé et mort le lendemain de l’attentat (2009). L’agression contre un militant pour les droits de l’homme Albert Ptchelintsev kidnappé à Khimki en plein jour et atteint d’un coup de feu à la bouche d’un arme de l’action traumatique (2009). Survécu, il reste handicapé ayant perdu sa voix. Les attentats, à plusieurs reprises, contre un journaliste local Anatoly Iourov, la dernière fois accompagnés de dix coups de couteau (2009). Deux attentats
    contre un militant local Vitaly Kapytsev, une fois vécu une tentative de
    l’égorger à son domicile, l’autre fois reçu une bombe dans sa chambre à coucher (2009). Une tentative ratée d’assassiner une militante Evguenia Tchirikova, dans un « accident de voiture » (2010). Les habitants de Khimki défendant leur forêt deviennent les cibles des provocations policières et des attaques d’« inconnus », ils sont brutalement arrêtés lors des manifestations, torturés dans les bureaux de police, le feu est mis à leur voitures et à leurs maisons."


  • 19 janvier 2011
    avec le journaliste Manuel Domergue et l’historien Simon Nken La guerre d’indépendance du Cameroun aux origines de la Françafrique

    Nous avons reçu le journaliste Manuel Domergue et l’historien Simon Nken pour parler de la guerre d’indépendance du Cameroun.

    Manuel Domergue est l’un des co-auteurs du livre « Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique, 1948-1971 » aux éditions La découverte.

    Présentation de l’éditeur : « Pendant plus de quinze ans, de 1955 à
    1971, la France a mené au Cameroun une guerre secrète. Une guerre
    coloniale, puis néocoloniale, qui a fait des dizaines de milliers de
    morts, peut-être davantage. Une guerre totalement effacée des histoires officielles. En France, où l’on enseigne toujours que la décolonisation de l’" Afrique française" fut exemplaire et pacifique. Et au Cameroun, où il est encore risqué aujourd’hui d’évoquer ce terrible conflit qui enfanta une redoutable dictature... »

    Simon Nken, historien, a écrit un livre sur l’histoire du mouvement
    indépendantiste l’Union des Populations du Cameroun (UPC)« L’UPC, De la solidarité idéologique à la division stratégique 1948-1962 » aux
    éditions aux éditions Anibwé. http://www.anibwe.com/edition.php?action=7&id=401

    Le site internet du livre « Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique, 1948-1971 » et de l’association « Remember Kamerun » :
    http://www.kamerun-lesite.com


  • 12 janvier 2011
    avec le sociologue Sylvain Laurens Les hauts fonctionnaires et l’immigration en France
    Une politisation feutrée

    Sylvain Laurens est sociologue, maître de conférence à l’université de
    Limoges, ses recherches croisent socio-histoire de l’Etat, sociologie
    des élites et sociologie de l’immigration. Il est venu nous parler de son livre "Une politisation feutrée. Les hauts fonctionnaires et l’immigration en France", paru aux éditions Belin.


  • 15 décembre 2010
    CTRL+ALT+SUPR, Palestine 2008

    On reçoit la réalisatrice Elsa Bloch pour la sortie de son documentaire
    sur la Palestine « CTRL+ALT+SUPR, Palestine 2008 ».
    CTRL+ALT+SUPR, c’est un graffiti sur le mur de séparation, c’est cette
    action informatique qui relance la machine quand le système tourne en
    rond...
    Réalisé lors d’une mission civile en Cisjordanie, ce film documentaire
    interroge des Palestiniens et une Israélienne, tous engagés contre
    l’occupation.

    écouter


  • 8 décembre 2010
    Les conflits au Sahel

    Niger, les rebellions touarègues, Areva, la montée de l’Aqmi (Al Qaida
    au Maghreb Islamique) et les prises d’otage. On reçoit le chercheur Yvan
    Guichaoua spécialiste des groupes armés irréguliers au Niger pour parler
    des conflits au Sahel (Nord du Niger et du Mali et Sud de l’Algérie).

    écouter


  • 1er décembre 2010
    avec l’historien Olivier Lecour Grandmaison De l’indigénat : anatomie d’un « monstre » juridique
    Le droit colonial en Algérie et dans l’Empire français

    On reçoit l’historien Olivier Lecour Grandmaison pour la sortie de son
    livre "De l’indigénat : Anatomie d’un « monstre » juridique : le droit
    colonial en Algérie et dans l’Empire français" aux éditions Zones.


  • 17 novembre 2010
    L’image de "l’arabe" dans le cinéma français

    On a reçu Julien Gaertner**, docteur en histoire contemporaine des
    universités Nice-Sophia Antipolis et Mohamed V-Agdal de Rabat et chargé de cours au département des études cinématographiques de l’université de Montréal. Auteur d’une thèse de doctorat sur "L’image de l’« Arabe » dans le cinéma français de 1970 à nos jours". Il est venu nous parler de ce travail.
    « Les variations de « l’esprit du temps » se mesurent grâce à un
    découpage chronologique opéré selon les ruptures relevées dans le
    discours des œuvres et les glissement sensibles d’un genre à l’autre.
    Temps de l’imprégnation (1970-1982), temps de la fixation (1982-1995), temps de l’apogée (1995-2010), trois périodes se distinguent nettement. Durant ces différents moments, les identités s’effritent et se recomposent à la fois sous la pression de l’économie du cinéma, des mouvements de crispation ou d’ouverture de l’opinion, et sous l’effet de l’émergence parfois douloureuse d’artistes issus de l’immigration maghrébine. »
    ecouter


  • 11 novembre 2010
    avec Michèle Riot-Sarcey et Maurizio Gribaudi 1848, la révolution oubliée

    On a reçu les historiens Michèle Riot-Sarcey et Maurizio Gribaudi à propos de leur ouvrage "1848, la révolution oubliée", paru à la Découverte.


  • 3 novembre 2010
    Tous dans la rue contre la réforme des retraites

    Une émission entière consacrée à la mobilisation contre la réforme des
    retraites avec en plateau : Camille, professeure à Aubervilliers ; Saad,
    membre du comité interpro de Blanc-Mesnil ; Philippe, militant à Sud
    étudiant Paris 8. Et au téléphone : Rémi, en direct du blocage de
    l’incinérateur de Saint-Ouen et David de la CNT à Lyon.
    Ecouter


  • 27 octobre 2010
    La réforme de la médecine du travail - avec Pascal Marichalar

    En ce jour de vote de la fameuse loi sur les retraites, un volet a été très peu discuté : celui de la réforme de la médecine du travail. Avec Pascal Marichalar, nous revenons sur cette médecine qui disparait, dans laquelle les médecins ne sont (pratiquement) plus et qui se dilue dans la santé au travail...
    Histoire et evolution de cette discipline.
    ecouter


  • 20 octobre 2010
    Redif Emission avec Severin Muller

    On recevait le sociologue Séverin Muller qui a publié en 2008, aux éditions de la Maison des Sciences de l’homme / Editions Quae, "A l’abattoir : Travail et relations professionnelles face au risque sanitaire".
    Séverin Muller

  • 13 octobre 2010
    Grève des travailleurs sans papiers : le combat continue !

    Cela fait un an que 6804 travailleurs sans papiers sont en grève pour leur régularisation et pour la reconnaissance de leurs droits à vivre et à travailler ici.
    Un an de piquet de grève pour les 25 travailleurs de la Porte des Lilas. Et depuis le 7 octobre 2010, occupation de la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration, à la Porte Dorée dans le XIIe.
    Le blog des travailleurs sans papiers de la Porte des lilas : http://travailleurs.canalblog.com/
    Le site internet du Collectif de vigilance Paris 12 pour les droits des étrangers : http://www.collectif12.com/

    écouter l’émission


  • 6 octobre 2010
    Soyons Upopistes !

    Cette année, la Nuit Blanche est aussi à Belleville, et elle est l’occasion de découvrir les coulisses de l’UPOPA, l’Université Populaire Audiovisuelle avec, notamment, la projection de 15 films d’associations réalisés en 2009/2010.
    Mise sur pied par l’association Canal Marches, l’UPOPA a pour objectif de démocratiser les pratiques audiovisuelles en proposant une aide aux associations agissant dans les quartiers populaires pour une réappropriation de l’outil audiovisuel par les populations, afin de contribuer à l’émergence d’une expression populaire, poétique, politique et artistique.

    Canal Marches est une association créée en 1997 par des professionnel(e)s de l’audiovisuel, des chômeurs et précaires, des militant(e)s des mouvements sociaux.
    Buts : contribuer à l’expression, à la visibilité des “Sans voix” et de leurs luttes, et plus largement des personnes issues des milieux populaires ; valoriser leur créativité, notamment (mais pas exclusivement) par l’appropriation de l’outil vidéo.
    Actions : Organisation d’Ateliers d’initiation à la vidéo. Production de documentaires et d’événements culturels.

    L’association Canal Marches
    Canal Marches, 122 rue des Couronnes, 75020, Paris Contact 06 13 82 71 91 canal.marches@wanadoo.fr
    _


    écouter l’émission


  • 6 octobre 2010
    avec Laure Pitti Les Hommes debout

    On a reçu Laure Pitti, maîtresse de conférence en sociologie et spécialiste des mobilisations des travailleurs immigrés, au téléphone pour nous parler du documentaire de Jérémy Gravayat, Les hommes debout, qui sera projeté au Ciné 104 à Pantin, le 22 octobre 2010. Le film se penche sur un conflit social au sein de l’entreprise Pennaroya, dans les années 1970, mêlant mobilisations de travailleurs immigrés et évolutions urbaines à Lyon.

  • 29 septembre 2010
    Les Roms, et qui d’autre ? (partie 3)

    Voici, pour cette troisième et dernière partie, vous entendrez des extraits des interventions de Jean-Loup Amselle (anthropologue), Luc Boltanski (sociologue) et Isabelle Saint-Saëns (Informaticienne et membre du comité de rédaction de la revue Vacarmes), lors de la troisième table ronde intitulée Face à la dérive politique actuelle : quel engagement ?
    Vous entendrez aussi le témoignage de Gabriela et des prises de paroles de militants du comité de solidarité avec les Rroms de Montreuil, en réaction à cette initiative, et la réponse de Cécile Canut, une des organisatrice de l’évènement.

    ecouter


  • 22 septembre 2010
    Les Roms, et qui d’autre ? (partie 2)

    Samedi 11 septembre 2010, on est allé enregistrer les propos qui se sont tenus lors de la rencontre intitulée "Les Roms, et qui d’autre ?"(voir le texte de présentation ci-dessous).
    Voici, pour cette deuxième partie, des extraits des interventions de Patrick Henriot (Magistrat), Christophe Mileschi (Italianiste et écrivain), Jacques Rancière (Philosophe) et Sophie Wahnich (Historienne), lors de la seconde table ronde : "L’identité nationale" ou le racisme d’Etat.

    *Parce que nous refusons le silence, parce que nous ne consentons pas à la politique menée en France à l’égard des Roms depuis cet été et depuis 2002, parce que nous condamnons la xénophobie des politiques migratoires, marquons notre opposition à ce racisme d’Etat.

    L’été a été particulièrement violent en matière de politique française, puisque le gouvernement a ostensiblement fait expulser des ressortissants de l’Union européenne vers la Roumanie et la
    Bulgarie, en raison de leur origine ethnique. Les expulsions sont orchestrées au mépris du droit européen (principe de la libre circulation) et des valeurs les plus fondamentales. Ce racisme d’État, qui stigmatise une catégorie de population extrêmement congrue de France, permet d’occulter des problèmes réels qui ne sont ni roumains, ni bulgares, ni tsiganes, ni même européens mais bien
    français.
    Certains, malgré la période estivale, ont manifesté leur opposition à cette politique indigne. Mais il nous semble nécessaire que, sur une question qui engage ce qu’il y a de plus fondamental en termes de
    droits humains, nous nous exprimions collectivement. Il nous semble donc utile et urgent de réagir haut, fort et ensemble à ces dérives dramatiques qui pourraient nous mener encore plus loin si nous n’affirmions pas, au plus vite, que nous les condamnons fermement.
    Ce rassemblement était organisé par Cécile Canut (professeur de sociolinguistique à l’Université Paris-Descartes), Cécile Kovacshazy (maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Limoges) et Thomas Lacoste (cinéaste et éditeur, La Bande Passante). Il a eu lieu à « La Parole Errante » qui héberge
    depuis peu les Roms de Montreuil récemment expulsés.

    ecouter


  • 15 septembre 2010
    Les Roms, et qui d’autre ? (partie 1)

    Samedi 11 septembre 2010, on est allé enregistrer les propos qui se sont
    tenus lors de la rencontre intitulée "Les Roms, et qui d’autre ?"(voir
    le texte de présentation ci-dessous).
    Voici, pour cette première partie, des extraits des interventions
    d’Etienne Balibar (philosophe), d’Eric Fassin (sociologue et membre de
    "Cette France-là"), de Saimir Milé (président de la Voix des Rroms) et
    de Claire Rodier (Membre du Gisti et de Migreurop), lors de la première
    table ronde "Penser l’Europe avec les Roms".
    ecouter


    *Parce que nous refusons le silence, parce que nous ne consentons pas à la politique *
    *menée en France à l’égard des Roms depuis cet été et depuis 2002, parce que nous *
    *condamnons la xénophobie des politiques migratoires, marquons notre opposition à ce *
    *racisme d’Etat. *
    L’été a été particulièrement violent en matière de politique française, puisque le gouvernement
    a ostensiblement fait expulser des ressortissants de l’Union européenne vers la Roumanie et la
    Bulgarie, en raison de leur origine ethnique. Les expulsions sont orchestrées au mépris du droit
    européen (principe de la libre circulation) et des valeurs les plus fondamentales. Ce racisme d’État, qui
    stigmatise une catégorie de population extrêmement congrue de France, permet d’occulter des
    problèmes réels qui ne sont ni roumains, ni bulgares, ni tsiganes, ni même européens mais bien
    français.
    Certains, malgré la période estivale, ont manifesté leur opposition à cette politique indigne. Mais il
    nous semble nécessaire que, sur une question qui engage ce qu’il y a de plus fondamental en termes de
    droits humains, nous nous exprimions collectivement. Il nous semble donc utile et urgent de réagir
    haut, fort et ensemble à ces dérives dramatiques qui pourraient nous mener encore plus loin si nous
    n’affirmions pas, au plus vite, que nous les condamnons fermement.
    Ce rassemblement était organisé par Cécile *Canut* (professeur de sociolinguistique à l’Université Paris-
    Descartes), Cécile *Kovacshazy* (maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Limoges)
    et Thomas *Lacoste *(cinéaste et éditeur, La Bande Passante). Il a eu lieu à « *La Parole Errante* » qui héberge
    depuis peu les Roms de Montreuil récemment expulsés.


    Quelques liens :

    La voix des Rroms : http://rroms.blogspot.com/

    Des comptes rendus de l’initiative et la publication de certaines des interventions : http://www.mediapart.fr/club/edition/roms-et-qui-dautre

    Un autre compte rendu, en anglais : http://ladialectique.wordpress.com/2010/09/13/les-roms-et-qui-dautre-anti-expulsion-conference-in-the-parisian-banlieue-with-jacques-ranciere-etienne-balibar-luc-boltanski-and-others/

  • 8 septembre 2010
    redif Emission avec Patric Jean

    Patric Jean est réalisateur. Il a débuté avec des courts métrages de
    fiction et est passé au documentaire avec "Les enfants du Borinage -
    lettre à Henri Storck", un film au sujet du déterminisme social dans une
    région très pauvre de Belgique.
    En 2003, il réalise "La raison du plus fort" un film très fort à propos
    de la criminalisation de la pauvreté. Son film suivant, "D’un mur
    l’autre" est un road movie documentaire entre Berlin et Ceuta, à travers
    des portraits de migrants. Son dernier film "La domination masculine",
    sorti en novembre 2009, décortique les rapports hommes-femmes et montre
    qu’on est encore encore bien loin de l’égalité.
    Patric Jean

    Pour aller plus loin :
    http://www.patricjean.net/
    http://patricjean.blogspot.com/

  • | 1 | ... | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 |