Les oreilles loin du front
Accueil du site > Emissions > Portraits de femmes émancipées maliennes

Portraits de femmes émancipées maliennes

MP3 - 88.9 Mo

mercredi 11 septembre 2013, par Aude

© Photographie Aude Rabillon / mars 2012

Reportage

Mars 2012. Nous sommes à Bamako, capitale du Mali. Dans la chaleur de la fin de matinée, Aissé comme beaucoup de femmes maliennes, après avoir fait la cuisine, balaie la cour, et nettoie la maison. Les enfants sont à la maison et jouent. Il n’y a pas d’école aujourd’hui.

En plus d’élever les enfants, de faire les travaux domestiques, les femmes maliennes doivent bien souvent se débrouiller pour ramener de l’argent à la maison, en allant vendre des sachets d’eau fraiche, des jus, de l’arachide, en travaillant. Or, malgré leur contribution, leur place dans la société est sous-estimée. En cause : le poids de la tradition, les valeurs conservatrices, la domination masculine.

Ainsi, en 2011, au Mali, une vaste réforme du code de la famille a été lancée pour le rendre plus libéral, mais en décembre 2011, sous la pression du Haut Conseil Islamique, l’Assemblée fait marche arrière, et ratifie une version « nuancée » du code qui fait la part belle aux revendications des conservateurs : la femme doit obéissance à son mari et l’homme est le chef de la famille. Les avancées pour le droit des femmes font donc polémiques.

Si l’on est loin de connaitre l’égalité homme / femme dans la société, beaucoup de femmes, chacune à leur niveau, se battent pour être libres et faire valoir leur choix. Elles doivent résister à la pression sociale, à leur famille, au poids des traditions.

Ainsi, Maimouna, Fadima, Djeneba, Assitan, quatre femmes émancipées, chacune à leur manière. Femmes libres ; femmes qui ont osé dire non, affirmer leur choix, gagner leur liberté en gagnant le pouvoir économique, ou en continuant à faire des études. Chacune à leur manière.

Face à ces femmes émancipées, deux regards d’hommes : l’un, Gaye, bien que jeune homme ayant fait des études, lui pense les femmes avant tout comme femmes de leur mari, leur devant obéissance et soumission ; l’autre, Ousmane, porte un regard féministe sur les femmes, et fait l’éloge des femmes africaines.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0